Les différents traitements psychologiques en quelques mots

Dans le cas d'une dépendance à l'alcool, les traitements psychologiques le plus souvent proposés sont l’entretien motivationnel, la thérapie cognitivo-comportementale et l’intervention brève. Dans l’ensemble, ces traitements sont efficaces et s’associent à une réduction de la consommation d’alcool auprès des consommateurs à risque ou des consommateurs dépendants. Vous trouverez dans cette rubrique des précisions sur chacun de ces traitements, cette liste n'étant toutefois pas exhaustive.

Ces traitements ont tous un point commun : l’intervenant se place face au patient en tant que partenaire, et pas comme expert. Il permet ainsi au patient de se déterminer « en toute connaissance de cause » sur ce qui parait souhaitable pour lui-même. Le traitement psychologique peut être accompagné d'un traitement médicamenteux prescrit par un médecin et la participation à des groupes de soutien est aussi conseillée.

Le traitement psychologique d’une personne ayant un problème d’alcool peut être résidentiel (à l'hopital, dans un centre post-cure, etc.) ou ambulatoire. Ce dernier mode de traitement a gagné en importance au cours de la dernière décennie en raison de son efficacité équivalente à celle des traitements résidentiels pour des coûts nettement inférieurs.

Parmi les traitements psychologiques, on distingue donc :

L'intervention brève

Technique d'entretien qui vise plutôt la réduction de la consommation que l'abstinence. Elle permet aussi d'encourager le consommateur à s'inscrire dans un traitement spécialisé de sa dépendance (s'il en a une).

L'entretien motivationnel

Technique d'entretien qui vise à amener un changement de comportement, en aidant à résoudre l'ambivalence par rapport à l'alcool ("boire ou ne pas boire?")

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

Dans ce traitement, l'alcoolisme est considéré comme une réaction inadaptée qui est devenue le seul moyen de faire face à des situations difficiles. La thérapie consiste à modifier le comportement qui était devenu une habitude (ici le fait de boire dans certaines situations de vie) ou à acquérir d'autres comportements plus adaptés.

La psychanalyse

La psychanalyse ainsi que les psychothérapies d'inspiration psychanalytique, n'ont pas encore démontré scientifiquement leur efficacité pour les problèmes d'alcool et ne sont donc actuellement pas recommandées.



Référence

Conférence de consensus :"Modalités de l’accompagnement du sujet alcoolodépendant après un sevrage", 7 et 8 mars 2001 [liens externes]

bandeau bottom
 

Documentation

aperoipsa

Brochures - Livres - Video

www.stop-tabac.ch

http://www.stop-cannabis.ch
logo