ic launcheric launcheric launcher

logo alcool

Aides et conseils pour les consommateurs d'alcool et leur entourage

ic launcheric launcheric launcher

logo alcool

Aides et conseils pour les consommateurs d'alcool et leur entourage

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Legislation

Les lois qui concernent la vente, la fabrication et la consommation d'alcool

En Suisse, diverses dispositions légales règlent à la fois sécurité des produits, fabrication et vente ainsi que protection de la santé et de la jeunesse (restrictions de vente). D'autres prescriptions font référence aux taxes, à la publicité, à la sécurité routière et à la sécurité au travail.

Voici les principales bases légales régissant la vente, la fabrication et la consommation d'alcool (OFSP).

"La loi sur les denrées alimentaires réglemente les boissons alcooliques. Elle vise à protéger les consommateurs contre les denrées alimentaires et les objets usuels risquant de mettre leur santé en danger. Les ordonnances qui s’y rattachent définissent la limite d’âge pour la vente et l’interdiction de la tromperie. Elles fixent par ailleurs les exigences liées aux boissons alcooliques du point de vue de la législation alimentaire ainsi que l’obligation d’étiqueter et les restrictions publicitaires."

"La loi fédérale sur l’alcool et son ordonnance règlent la fabrication et le commerce des boissons distillées. Elles contiennent également des prescriptions relatives à l’imposition des spiritueux et des dispositions relatives à leur publicité." totop scroller orange

"La loi sur l’imposition de la bière règle ce domaine. Dans son principe, elle veille aux exigences de la protection de la jeunesse et de la santé." (site de l'OFSP)
"On trouve d’autres dispositions légales en matière d’alcool dans : le Code pénal suisse (art. 60 et 136) ; la loi sur la radio et la télévision (art. 10) ; la loi sur la circulation routière (art. 55, 91 et 16 ss) ; la loi sur le travail (art. 6 et 38) ; le code civil (art. 307 ss, 370 et 397) ; la loi sur l’assurance-accidents (art. 82) et dans les ordonnances qui s’y rattachent" :totop scroller orange

"Les cantons sont responsables de l’exécution de la législation fédérale et disposent de vastes compétences dans le domaine de la prévention en matière d’alcool." (site de l'OFSP)totop scroller orange


Pour en savoir plus... 

 

Alcool en Suisse : que dit la loi ?

Dans cette section, vous pouvez prendre connaissance du cadre légal (Etat au 1er octobre 2016) qui régit la consommation, la distribution et la production d'alcool.

 Lois qui concernent la vente, la fabrication et la consommation d'alcool

En 2005, la limite légale du taux d’alcool admis dans la circulation routière a été abaissée de 0,8 à 0,5 ‰. Depuis, le nombre de blessés graves et de tués dans les accidents de la route liés à l’alcool a nettement reculé. Toutefois, la consommation d’alcool continue à être responsable d’un accident grave sur dix en 2018.

totop scroller orange

 Alcoolémie au volant : en savoir plus... 

Alcool volant 2017

 Sources : www.ocn.ch/

L’ ensemble de mesures de la Confédération pour améliorer la sécurité routière «Via Sicura» est introduit progressivement depuis 2013. totop scroller orange

Vous pouvez consulter l'ensemble de ces mesure ici

 

via sicuratotop scroller orange


 

Alcoolémie au volant limitée à 0.5 ‰ : impacts positifs

Entre 2011 et 2015, avec l'intégration d'une politique plus stricte en matière d'alcool au volant (Via Sicura), le nombre d'accidents avec alcool comme cause principale a chuté de plus de 40% chez les jeunes de 18-24 ans et de 25% chez les 25 à 44 ans.


Dimin Accident infographe

En 2005, la limite légale du taux d’alcool admis dans la circulation routière a été abaissée de 0,8 à 0,5 ‰. Depuis, le nombre de blessés graves et de tués dans les accidents de la route liés à l’alcool a nettement reculé. Toutefois, la consommation d’alcool continue à être responsable d’un accident grave sur dix.

totop scroller orange

Une prise de conscience

Devant ces faits, les mentalités ont commencé à évoluer. Majoritairement, la population appréhende la conduite en état d’ébriété comme un délit grave et un dangers majeurs pour la sécurité routière.

Boire ou coinduire

Cette nouvelle limite est bien acceptée et les trois quarts des personnes ayant un permis de conduire estiment que cet abaissement a produit des effets positifs. C'est ce qui ressort d'une enquête mandatée par le BPA.totop scroller orange

Depuis octobre 2016, les contrôles d’alcoolémie sont effectués comme suit:

  • Nouvelle méthode de mesure: la prise de sang sera réservée aux cas exceptionnels et remplacée en temps normal par des éthylomètres. 
  • Nouvelle unité de mesure: les nouveaux éthylomètres mesurent la concentration d’alcool dans l’air expiré (en mg/l d’air expiré au lieu de pour mille dans le sang). 0,5‰ correspond à 0,25 mg/l.
  • Même réglementation: l’alcool au volant reste proscrit pour les nouveaux conducteurs et les chauffeurs professionnels; les autres conducteurs doivent respecter le taux limite d’alcool de 0,25 mg/l. Les peines et amendes encourues restent inchangées.

 

(C'est pas Sorcier |france TV Education | 2016)

Des contrôles plus fréquents

Pour les conducteurs, savoir que la police peut les contrôler à tout moment joue un rôle important dans le rejet social de l’alcool au volant. A cet égard aussi, les choses ont bien changé ces dernières années. D’après une enquête du bpa – Bureau de prévention des accidents, 34% des personnes interrogées en 2013 pensaient pouvoir faire l’objet d’un contrôle «parfois», «souvent» voire «très souvent/toujours», ce qui est une augmentation considérable par rapport aux 15% de 2003. Un relevé de l’Office fédéral de la statistique (OFS) montre aussi que le pourcentage d’automobilistes soumis au moins une fois dans l’année à un contrôle d’alcoolémie a passé de 2% en 2003 à 6% en 2011.totop scroller orange

Une limite à 0,5 pour mille encore trop méconnue

En outre, un sondage du bpa révèle que le nombre d’automobilistes capables de nommer le taux limite d’alcool actuellement en vigueur ne cesse de diminuer. Alors qu’en 2005, année de l’introduction du 0,5 pour mille, 92% des personnes interrogées connaissaient ce taux, elles n’étaient plus que 70% en 2013.


Pour en savoir plus

 

Ordonnance 741.13

Ordonnance de l’Assemblée fédérale concernant les taux limites d’alcool admis en matière de circulation routière

(Entrée en vigueur le 1er octobre 2016)

Art. 1 Etat d’ébriété

Un conducteur est réputé incapable de conduire pour cause d’alcool (état d’ébriété)
lorsqu’il présente:
a. un taux d’alcool dans le sang de 0,5 gramme pour mille ou plus;
b. un taux d’alcool dans l’haleine de 0,25 milligramme ou plus par litre d’air
expiré;
c. une quantité d’alcool dans l’organisme entraînant le taux d’alcool dans le
sang fixé à la lettre a.totop scroller orange


Art. 2 Taux d’alcool qualifié
Sont considérés comme qualifiés:
a. un taux d’alcool dans le sang de 0,8 gramme pour mille ou plus;
b. un taux d’alcool dans l’haleine de 0,4 milligramme ou plus par litre d’air
expiré.totop scroller orange

Boire ou conduire

 


Références

 

Pour aller plus loin

Téléchargez l’application Stop-tabac

Nous invitons les fumeurs à télécharger notre application Stop-tabac pour smartphones et à participer à une étude de l’Université de Genève visant à tester son efficacité.
Les participants s’engagent à utiliser régulièrement l’application et à répondre à 3 brefs questionnaires de suivi, après 1 semaine, 1 mois et 6 mois. Pour participer, téléchargez l’appli Stop-tabac et suivez les instructions :

Android  logo android iPhone logo apple IOS

Merci pour votre participation

Professeur Jean-Francois ETTER