ic launcheric launcheric launcher

logo alcool

Aides et conseils pour les consommateurs d'alcool et leur entourage

ic launcheric launcheric launcher

logo alcool

Aides et conseils pour les consommateurs d'alcool et leur entourage

Les interventions de type motivationnel

L’entretien motivationnel vise à amener le patient vers un changement de comportement. Il lui donne l’occasion d’explorer et de résoudre son ambivalence. L’ambivalence face à la consommation d’alcool (boire ou ne pas boire ?) bloque en effet une perspective de changement.

Développées en premier lieu par Miller et Rollnick, les interventions de ce type visent à mobiliser la capacité intrinsèque de la personne dépendante à se sortir de la situation.

L’entretien se déroule dans une ambiance chaleureuse et empathique, sans confrontation, demandant la participation active du patient. Une attitude thérapeutique empathique permet au patient d’exprimer ses difficultés, son ressenti. Le thérapeute tente de percevoir les choses à travers les yeux du patient, en se mettant à sa place pour comprendre ce qu’il peut ressentir. Ainsi la personne peut se sentir comprise et elle sera d’avantage disposée à s’ouvrir et à partager ses expériences, ce qui permet au thérapeute de se représenter quelles sont ses ressources, ses points faibles face au processus de changement et ses croyances autour de la consommation d’alcool.totop scroller orange

steps 1081909 640

Dans un entretien thérapeutique motivationnel, le thérapeute ne confronte pas directement la personne sur sa tendance à banaliser, voire nier, ses problèmes d’alcool. Le thérapeute part du principe que la décision finale de changement appartient au patient. Les arguments défensifs déployés par le patient face au changement ne sont pas débattus. Au contraire, l’intervenant se colle aux vues de la personne et l’encourage à verbaliser sa résistance.

Le patient est responsable des choix et des actions qu’il entreprend et l’intervenant le soutient dans ses efforts. L’intervenant accompagne le patient dans l’exploration des contradictions entre ce qu’il est, et ce qu’il souhaite être. Dans le cadre d’un entretien motivationnel, c’est le patient lui-même qui indique les raisons pour lesquelles il devrait être abstinent et qui dresse une liste des problèmes causés par sa consommation.

L’entretien motivationnel est composé de trois sessions, chacune de 50 minutes, sur une durée de 8-12 semaines.totop scroller orange

De façon succinte, les principes en sont les suivants:

  1. La résistance du patient durant un entretien n’est pas un trait de personnalité des patients dépendants, mais est suscitée par l’environnement (épouse, employeur, etc.). Le thérapeute peut, par des réactions négatives, renforcer la résistance du patient.
  2. La relation patient/thérapeute devrait être une relation de collaboration et une relation amicale. Ceci permet d’ouvrir l’espace dans lequel le patient pourra librement exprimer ses peurs, ses difficultés, sa colère par rapport au comportement dont le changement est espéré. Dans ce cadre, il est important de ne pas critiquer les efforts ou les difficultés du patient.
  3. L’entretien motivationnel vise en premier lieu à résoudre l’ambivalence, et non à pousser le patient à changer immédiatement de comportement. En effet, selon Miller et Rollnick, si le patient est ambivalent, le précipiter vers une action produira une résistance du patient, avec le risque de rompre la relation thérapeute/patient et encouragera le patient à ne pas considérer les facteurs tant internes qu’externes qui pourraient conduire à la rechute.
  4. Le thérapeute ne prescrit pas de méthode ou de techniques.
  5. Le patient est responsable de ses progrès. Le thérapeute n’assume jamais la responsabilité des changements de comportement du patient.
  6. L’entretien motivationnel vise à augmenter le sentiment de capacité à changer de comportement qu’a le patient.totop scroller orange

Pour aller plus loin